top of page

Les divagations de mon esprit


Mes chers amis,


J'ai le plaisir de partager avec vous un extrait du dernier ouvrage de Mathieu Ricard, (Carnet d’un moine errant ), qu'il vient de publier sur son blog Bonne lecture et bonne journée !


Philippe






"Un jour, je contemplais longuement un papillon posé sur une fleur qui oscillait doucement sous la brise. Il butinait, puis, sans raison apparente, s’envolait, voletait de-ci de-là et revenait déployer ses belles ailes bleues sur le pistil orange. Ce manège, répété à plusieurs reprises, évoqua en moi les instructions sur la façon de stabiliser l’esprit : « Lorsque tu t’aperçois que tu es distrait par des pensées nouvelles, reviens encore et encore vers l’objet de ta concentration. Si ton esprit se fatigue et que ta concentration se relâche, laisse-le simplement reposer dans son état naturel, préservant cette liberté intérieure, sans encourager les pensées ni tenter de les supprimer. Contemple la nature même de l’esprit. A-t-il une forme, une couleur, une localisation ? N’y trouvant rien, demeure à l’aise, détendu, dans cet “introuvable”. Laisse les pensées se défaire à mesure qu’elles se forment, comme un dessin tracé du doigt à la surface de l’eau.1»

Je ne suis guère poète, mais un jour j’écrivis ces lignes reflétant les divagations de mon esprit :


Las de combattre mes pensées, je leur demandai : « N’allez-vous pas me laisser tranquille ? » Comme une bande de gamines gouailleuses,

Elles éclatèrent de rire. J’essayai de m’enfuir, Elles me poursuivirent en se moquant de plus belle.

Fatigué, je m’assis au flanc d’une colline. «Vais-je jamais leur échapper ? » Je regardai pensivement le ciel. Soudain une idée me vint : « Il suffirait que je devienne invisible : Un morceau de ciel par exemple ! » Mais je ne trouvai nulle part où accrocher Mon petit bout de ciel dans le grand ciel.

À mesure, que, désarmé, je contemplais l’espace, Mon esprit commença à se fondre en lui. « Nous y sommes ! » me dis-je, Riant de bon cœur à l’idée de la tête de mes pensées déconfites. Mais, bientôt, je ne riais plus, Car je n’étais plus là.


[…]

L’une des grandes leçons que je tirai de ces années passées en retraite dans des ermitages de montagne, à méditer et à contempler la nature sauvage et, à l’opposé, plongé dans le chaos de la vie moderne, est celle de la simplicité.

Un jour, alors que j’étais assis sur le balcon de mon ermitage, je me fis cette réflexion : « Si une fée me proposait de prononcer trois vœux, uniquement sur le plan matériel, qu’est-ce que je pourrais bien lui demander ? » Vu la taille de mon ermitage, les possibilités étaient limitées : impossible d’y caser une chaîne hi-fi, ni même un ordinateur grand écran. J’ai un autel où sont disposées des statues, une vingtaine de livres, quelques vêtements et objets utiles. Au bout d’un moment, j’éclatai de rire : je ne trouvais rien à souhaiter qui présente un avantage et ne soit pas une simple source d’encombrement. Ainsi s’impose ce mantra qui me procure un immense sentiment de soulagement dès que je le récite une dizaine de fois: « Je n’ai besoin de rien ! je n’ai besoin de rien ! je n’ai besoin de rien ! » Vive la simplicité́ heureuse !

J’aime beaucoup ces mots de Henry David Thoreau2 : « Simplifier, simplifier, simplifier...» Simplifier nos pensées, simplifier nos paroles et simplifier nos actes, ce n’est pas diminuer notre créativité́ ou rétrécir notre existence, c’est apprécier intensément la sérénité sans égale d’un esprit au repos dans son état naturel. C’est déposer le fardeau, si longtemps coltiné, des constructions artificielles et distordues qui ne cessent de foisonner dans notre esprit, de le troubler, de l’agiter en tous sens, de le fragmenter, de le comprimer, de l’enchainer – en un mot de le tourmenter.

La simplicité, c’est de laisser nos pensées reposer dans la nature de l’esprit, tout comme les feuilles qui se détachent de l’arbre et tombent naturellement sur le sol ; c’est le soleil qui se lève au-dessus d’une mer de nuages ; c’est le miroir d’un lac aux eaux transparentes ; c’est l’air vif et pur de la montagne ; c’est le regard qui se fond dans un ciel sans nuages, ou s’étend au loin sur un enchaînement de collines boisées ; c’est le regard intérieur qui se pose dans la simplicité́ naturelle de l’esprit."


1 Traduit du tibétain d’après un enseignement oral de Dilgo Khyentsé Rinpoché.

2 Henry David Thoreau (1817-1862) est un philosophe, artiste, écrivain, essayiste et poète américain. Il tenait à marcher tous les jours trois ou quatre heures dans la nature. Voir son ouvrage le plus connu sur la vie simple, Walden ou la vie dans les bois [1854], Gallimard, 1921.

107 vues3 commentaires

Posts récents

Voir tout

3 Comments


nathalie.delarge
nathalie.delarge
Nov 20, 2022

Merci Philippe pour cette présence régulière que tu nous offres et qui pour ma part est une ressource infinie qui m'accompagne et une source d'inspiration dans une période troublée.

Je t embrasse ainsi que Martine.

Like
philippe fabri
philippe fabri
Nov 20, 2022
Replying to

Merci Nathalie 🙏 Je t'embrasse ainsi que Jules💞

Like

Merci 🙏🏻

Like
bottom of page