top of page

Guendune Rinchen : Héritage & Continuité

"Héritage & Continuité", tel était le thème de ces 3 jours de commémoration du décès de Lama Guendune Rinpoché survenu il y a 25 ans.


L'héritage est tout ce que Lama Guendune nous a laissé, vous pouvez en prendre connaissance en cliquant sur le lien ci dessus.


Je ne sais pas trop comment vous parler de la continuité. Elle est bien sûr celle de la pratique qui continue dans les lieux qu'il a créés, celle des moines et moniales et aussi de toute la sangha. Mais la continuité c'est aussi Guendune Rinchen que j'avais déjà vu il y a 3 ans. J'en avais entendu parler, mais je ne l'avais jamais vraiment rencontré. Lama Guendune avait annoncé, peu avant sa mort, qu'il se réincarnerait en France et Guendune Rinchen a été reconnu comme sa réincarnation.


Je sais ici que j'aborde un sujet difficile pour les non bouddhistes, mais aussi pour les bouddhistes car pour notre esprit confus, il est difficile de se faire une idée claire de ce qu'est la réincarnation, ce que cela représente, qui se réincarne, quel est le processus, comment est reconnue une réincarnation...

C'est comme essayer d'expliquer aux premiers hommes que la terre est ronde et qu'elle flotte dans l'espace. C'est au delà de tout ce qu'ils peuvent imaginer. Ou c'est expliquer au Moyen âge que ce n'est pas le soleil qui tourne autour de la terre, mais la terre qui tourne autour du soleil.


C'est parler d'une réalité qui est au-delà du cadre de nos connaissances, une réalité à laquelle nous n'avons pas accès. Et comme nous n'y avons pas accès, nous avons tendance à la nier tant qu'on ne nous apporte pas sur un plateau des preuves tangibles de cette prétendue réalité .

Je ne vais pas me lancer dans une explication personnelle de ce qu'est la réincarnation, j'en serais bien incapable, mais je vais juste vous faire part de mon expérience vécue au Bost ces derniers jours.


Un maître réalisé, tel Lama Guendune Rinpoché, nous avons déjà du mal àsavoir ce que cela peut être, quelles sont ses qualités, que représente sa sagesse et sa réalisation...

Quand ce maître annonce qu'il va se réincarner et où il va se réincarner, notre petit esprit cartésien et matérialiste commence à décrocher. Pour continuer à écouter avec un esprit ouvert, cela nous demande déjà d'accepter de remettre complètement en question nos croyances au sujet de ce que nous pensons, de ce que nous sommes et de ce que nous pensons que le monde est.

Ce qui n'est pas rien, c'est accepter de lâcher prise, de lâcher tout le connu, ce que les bouddhistes appellent le voile du connaissable.


Gendune Rinchen est un homme de 22 ans, né en France, avec une apparence humaine comme vous et moi. Mais ce n'est pas un homme ordinaire, oh non !



Tous les moines et les nones qui ont été formés et instruits par Lama Guendune et qui sont des gens "cortiqués" et d'une grande sagesse, reconnaissent Guendune Rinchen comme la réincarnation de Lama Guendune Rinpoché. Ils n'ont aucun doute à ce sujet.

Pour moi, remettre en question, ce qui est évidence pour eux, serait comme si un universitaire de première année de remettait en question son prof de physique, au sujet de ses connaissances sur la physique quantique.

Je n'ai aucune compétence pour remettre en question les évidences de ces moines sur ce sujet.

Ils m'ont dit que Guendune Rinchen est arrivé avec les mêmes qualités de sagesse, d'amour et de compassion que Lama Guendune.


Guendune Rinchen a pris la parole le dimanche pour expliquer pourquoi "Héritage et continuité". A ma connaissance, aucun homme de 22 ans n'est capable de tenir les propos que j'ai entendus. Ses paroles étaient basées sur une connaissance parfaite du dharma et du fonctionnement de l'institution bouddhiste. C'étaient des propos profonds, avec le recul d'un grand sage, expliquant à des moines et à des moniales, âgés parfois de 50 ans de plus que lui, quelle attitude et quels comportements ils auraient à avoir dans l'avenir. Tout cela avec une autorité, une fermeté et une absence de doute assez étonnants chez un homme de 22 ans.

Une nonne m'expliquait qu'il avait une idée très claire du fonctionnement dans l'avenir des congrégations dans un travail partagé avec des laïcs. Elle me disait aussi qu'elle retrouvait chez lui le même amour qu'avait Lama Guendune pour tous les êtres.


J'ai eu ensuite la grande chance de lui être présenté. Comme de coutume je lui ai offert un kata.

Il me l'a posé sur la tête et j'ai reçu sa bénédiction. Je ne rentrerai pas dans les détails de ce que j'ai ressenti, mais je peux vous assurer que nous avons la grande chance d'avoir en France un être exceptionnel, d'une sagesse inconcevable pour mon petit esprit. Etre au service de ce que cet homme va nous proposer ne peut être qu'une grande chance. Etre au service de ce qu'il va nous proposer, c'est être au service du dharma, c'est à dire d'être au service de ce que la vie est vraiment, vraiment, vraiment. C'est d'être au service de l'amour et de la compassion, c'est mettre en pratique la bodhicitta, comme nous l'a enseigné Lama Jigmé Rinpoché (cfr le post précédent).


Je commence peut-être seulement à comprendre combien être en présence de grands êtres peut être bénéfique, de la même façon qu'il est bénéfique et nécessaire à la tomate d'être exposée au soleil. Mais si la tomate n'est pas arrosée, elle brûlera. De même, si nous ne pratiquons pas, les conditions que le maître a créées par sa présence, ne permettront pas à la graine de sagesse qui est en nous de mûrir et de donner son fruit, c'est à dire la réalisation. Nous avons réellement tous besoin de la lumière des autres pour avancer sur notre chemin.


Pouvez-vous imaginer que lorsque votre propre lumière brillera, elle illuminera à son tour le chemin des autres ?


Du fond du cœur, je remercie la vie de m'avoir mis en présence de tous ces êtres qui m'ont enseigné, d'avoir un précieux corps humain, d'avoir une compagne avec laquelle je partage ce chemin et de votre présence à vous tous qui me permettez de partager, de ne pas garder pour moi tout ce que je reçois.

395 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page