top of page

Composter nos difficultés

Mes chers amis,


Voici un extrait d'un texte de Thich Nhat Hanh qui nous parle de faire bon usage ce dont nous ne voulons pas, plutôt que de rechercher à l'éliminer. Thich Nhat Hanh qui est décédé le 22 janvier dernier avait fondé le village des pruniers en Dordogne. Il est possible d'aller y faire des retraites :


"Si nous mourons de soif et qu'on nous apporte un verre d'eau boueuse, nous savons qu'il nous faudra trouver un moyen de la filtrer pour survivre. Nous ne pouvons pas jeter cette eau, même si elle est impure, elle représente notre seul espoir d'être sauvé. De même, nous devons accepter toutes nos afflictions, nos formations mentales, toutes les difficultés dans le monde, dans notre corps, dans notre esprit, pour les transformer. Si nous les rejetons, si nous essayons de les fuir, nous n'y parviendrons jamais. Il est impossible d'échapper aux choses que nous détestons. Nous ne pouvons que les transformer en ce que nous aimons.


Un jardinier conscient de la réalité de l'inter-être ne va pas jeter ses ordures. En regardant son tas de déchets organiques, il peut déjà y voir des concombres, des laitues et des fleurs. Il les utilisera pour en faire du compost pour son potager. La nature interdépendante de la fleur signifie qu'une fleur est faite d'éléments non-fleur, comme le compost. Si nous retirons cet élément « compost » de la fleur, la fleur ne peut pas exister. La fleur est en passe de devenir du compost et le compost en passe de devenir une fleur. Si nous utilisons nos afflictions comme compost, les fleurs de la joie, de la paix, de la libération et du bonheur vont pousser. Nous devons accepter ce qui est là ici et maintenant, y compris notre souffrance et notre ignorance. Accepter notre souffrance et notre ignorance nous apporte déjà de la paix et de la joie. C'est le début de la pratique.




Nous acceptons ce qui est dans l'instant présent afin d'avoir une perspective profonde et la capacité de transformer notre situation. Si le but de notre pratique est une situation future ou un résultat futur, nous n'apprendrons jamais à accepter l' ici et maintenant, qui sont pourtant les conditions appropriées pour notre pratique. Les fleurs, comme le compost, existent dans le présent, ici et maintenant. Les conditions de l'Éveil sont aussi ici et maintenant, dans le présent. On ne peut trouver l'Éveil en fuyant l'ignorance. En regardant profondément la nature de l'ignorance, vous touchez l'Éveil.


Je vous souhaite une très belle journée, ne jetez rien, tout est une opportunité nous ouvrant à l'espace de tous les possibles.


Philippe


103 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Flashs de conscience

Mes chers amis, Je partage avec vous une réponse de Ramana Maharshi à une question posée par un disciple. Ramana Maharshi partageait une voie très directe d'auto investigation qui est d'une grande s

Comments


bottom of page